Distributeur icon
Distributeur
Nuanciers icon
Nuancier
account icon
Mon compte
account icon
Contact

Comment poser du carrelage sur un ancien carrelage ?

Poser du carrelage au sol sur un ancien carrelage en rénovation est tout à fait possible mais en respectant les étapes et les conseils de mise en œuvre. Avant de vous lancer, faites le point sur les techniques, précautions et règles de mise en œuvre pour transformer l’opération en succès.

Comment poser du carrelage sur un ancien carrelage ?

Poser du carrelage au sol sur un ancien carrelage en rénovation est tout à fait possible mais en respectant les étapes et les conseils de mise en œuvre. Avant de vous lancer, faites le point sur les techniques, précautions et règles de mise en œuvre pour transformer l’opération en succès.

Comment poser du carrelage

sur un ancien carrelage?

 

 

Poser du carrelage au sol sur un ancien carrelage en rénovation est tout à fait possible mais en respectant les étapes et les conseils de mise en œuvre. Ainsi, vous êtes sûr d’obtenir des résultats durables et esthétiques. Avant de vous lancer dans la rénovation d'un carrelage, faites le point sur les techniques, précautions et règles de mise en œuvre pour transformer l’opération en succès.

À lire aussi : 

Comment coller du carrelage au mur et sol sur un ancien carrelage ?

Quelles solutions pour vos travaux de sol ?

 

Si le carrelage est un des revêtements de sol les plus solides, il n’échappe pas à l’usure du temps. Pour des raisons techniques et/ou esthétiques, il peut être changé ou réhabilité après une certaine période.

 

Comment préparer un sol déjà carrelé ? Les étapes et bonnes pratiques

Étape 1. Nettoyer la surface carrelée

Si vous avez décidé de conserver le carrelage en place, il est nécessaire de sonder le revêtement existant pour s’assurer de sa parfaite tenue. Que votre revêtement soit en céramique, en pierre ou en carreaux de ciment, vous devez effectuer la pose sur une surface irréprochable. En effet, cela facilitera l’adhérence de la colle et des joints lors de la pose. 

Pour la préparation du support, nettoyez soigneusement la surface de façon à ce qu’elle soit parfaitement propre et lisse. Éliminez les dépôts et les traces de peinture, les graisses et les résidus. Dégraissez avec une solution de soude caustique et poncez légèrement le carrelage pour améliorer l'adhérence de la nouvelle colle.

 

Étape 2. Remplacer les carreaux endommagés

La décision de conserver le carrelage en place ou de le changer dépend principalement de l'état de la surface existante et du degré de détérioration des carreaux. Sachez que lorsque moins de 10 % de la surface du carrelage présente des défauts mineurs tels que des éclats, des rayures légères ou des tâches, il est possible de les réparer localement sans devoir déposer tout le carrelage. 

Dans ce cas, déposez les carreaux mal adhérents, grattez la colle et comblez le vide avec le mortier-colle sur le support propre et humidifié ; cette étape est à réaliser vingt-quatre heures minimum avant la pose du nouveau revêtement. Au-delà de 10 mm d’épaisseur à rattraper, utiliser un mortier de réparation adapté. 

Si plus de 10 % de la surface du carrelage est endommagée, en raison de fissures importantes, d'un affaissement du carrelage ou de problèmes structurels par exemple, il est recommandé de déposer le carrelage pour assurer la stabilité et la durabilité du nouveau revêtement. 

Enfin, si le carrelage actuel présente des problèmes d'humidité ou de moisissures qui ont endommagé le support, il est impératif de retirer le revêtement pour traiter adéquatement la cause sous-jacente et prévenir tout dommage futur. 

 

Étape 3. Optimiser l'adhérence du carrelage 

Pour optimiser l’adhérence du carrelage existant au nouveau carrelage, il est recommandé d’appliquer ensuite systématiquement un primaire d'accrochage compatible avec la colle que vous prévoyez d’utiliser. 

 

Étape 4. Traiter les fissures

Si vous constatez la présence de fissures dans le revêtement carrelé existant, il est impératif de déterminer s'il s'agit d'une fissure active ou passive avant d'entreprendre tout projet de rénovation. 

  • Une fissure active est une fissure qui est en perpétuel mouvement, généralement en lien avec la structure de la bâtisse. Un bureau d’études vous aidera à définir les modalités de traitement et les solutions appropriées.

  • Une fissure passive, ou inerte, est une fissure stable qui ne subit pas de mouvement supplémentaire. Avant la pose du nouveau carrelage, assurez-vous que la fissure est parfaitement comblée et que la surface est plane. 

 

Étape 5. Vérifier la planéité du support

Avant d’envisager la pose de nouveaux carreaux, il vous faut vérifier la planéité du support à l’aide d’une règle de maçon. Si la surface présente des irrégularités, celles-ci ne doivent pas dépasser 5 mm sous la règle de 2 m, 2 mm sous le réglet de 20 cm.

Pour remédier à ces défauts de planéité, il faudra appliquer un enduit de ragréage afin de repartir d’un support plan et régulier.

 

Étape 6. Réaliser l’éventuelle étape du ragréage 

Avant de procéder à la pose du nouveau carrelage sur un carrelage existant, et dans le cas où la surface présente des irrégularités ou des défauts, il est impératif de réaliser un ragréage qui permettra d’obtenir une surface lisse et plane.

  • Dans le cas de carreaux émaillés ou polis, il est essentiel de dépolir le carrelage existant, puis, après dépoussiérage, d’appliquer un primaire pour support fermé (faible porosité), avant la mise en place d’un ragréage adapté au local : 164 PROLIPRIM RAPID est tout à fait adapté à cet usage.

  • Respecter le délai de séchage du ragréage utilisé avant recouvrement du nouveau carrelage. 

Il est essentiel de respecter précisément les proportions d'eau recommandées par le fabricant lors du mélange du ragréage, en particulier lorsqu'il s'agit d'un ragréage utilisé pour niveler le sol avant la pose du carrelage. Ceci pour assurer la qualité et la durabilité du produit final. Un dosage et un mélange inadéquat peut entraîner divers problèmes et compromettre la stabilité et l'aspect esthétique du sol carrelé.

  • Un excès d'eau peut entraîner une diminution de la résistance et de la dureté du produit fini ;

  • Un mélange trop liquide peut provoquer le décollement des carreaux, surtout dans les zones soumises à un trafic intense. Également il peut être constaté une perte totale des performances du produit (lessivage) ;

  • Un ragréage mal dosé peut durcir de manière irrégulière et entraîner des fissures dans le ragréage, en particulier si celui-ci est soumis à des charges, des mouvements ou des contraintes. Le point de repère, quelque que soit le produit, est le suivant : lorsque l’on prépare un sac entier de 25 kg, l’eau est mesurée pour chaque sac préparé, et le temps de malaxage est de 3 minutes par sac à l’aide d’un malaxeur « professionnel ». 

Comment coller du carrelage sur du carrelage ?

Étape 7. Coller les carreaux

L'utilisation d'une colle de qualité est primordiale pour garantir la durabilité et la stabilité de votre nouveau carrelage. Les mortiers-colles améliorés de classification C2S sont particulièrement recommandés pour les projets de rénovation. 

      • La classification C2, ou Mortier-colle amélioré, désigne une colle avec une adhérence améliorée, offrant une meilleure résistance au glissement vertical. Cette solution est fortement conseillée pour les carreaux de grandes dimensions et pour les zones sujettes à l'humidité, comme les salles de bains et les cuisines.

  • La classification C2S, ou Mortier-colle amélioré déformable (S1 : déformable et S2 : hautement déformable) compte une résistance supplémentaire aux contraintes de cisaillement. Ce type de colle est parfaitement adapté pour la pose de carrelage intérieur et extérieur (sols et murs). Il possède à la fois des propriétés d’adhérence élevées et une capacité à être déformé par une contrainte entre le carreau et la surface d’encollage, sans perte d’adhérence (contrainte liée à un plancher chauffant par exemple).

 

Étape 8. Le jointoiement des carreaux 

Une fois le carrelage collé, l'étape suivante consiste à effectuer le jointoiement. Utilisez impérativement des joints dits souples spécialement conçus pour les supports déformables. 

Il est à noter que si le carrelage en place est sur un Système de Protection à l’Eau sous Carrelage (SPEC) ou un Système d’Étanchéité en Plancher Intermédiaire (SEPI), le revêtement en place ne pourra pas être conservé. Tout devra être déposé (SPEC / SEL + carrelage) avant réalisation du niveau revêtement.

 

Quelle colle choisir ? Les solutions PAREXLANKO

Primaire d’accrochage

Le primaire d'accrochage 164 PROLIPRIM RAPIDE de PAREXLANKO est un primaire d’accrochage multi-supports qui a une parfaite adhérence sur un carrelage préalablement préparé (dégraissé et dépoli).

Sous forme de pâte, il est adapté à de multiples supports. Son séchage rapide permet un recouvrement par le nouveau carreau après un temps d’attente de 30 minutes à 2 heures, selon les températures. Il peut être associé au procédé barrière anti-remontée d'humidité 167 PRIMAIRE ANTI REMONTEE D’HUMIDITE. Il convient en neuf comme en rénovation, sur supports poreux ou fermés en sols et murs intérieurs et extérieurs. Il est prêt à l'emploi et ne doit pas être dilué. Il peut être recouvert dès qu'il est sec au toucher et résistant. Il s’applique généralement au rouleau à poils mi-longs en veillant à répartir uniformément le produit sur le support. 

 

Les colles

La colle à carrelage 5024 PROLIDAL MAX de PARELANKO est idéale en rénovation. Elle peut être envisagée en utilisation directe sans primaire sur un ancien carrelage (certification QB du CSTB), même si ce dernier reste fortement recommandé.

Ce mortier-colle à la particularité d’avoir une double consistance, normale ou fluide suivant le dosage en eau choisi ; cette caractéristique lui confère une grande polyvalence en termes de supports visés, de domaine d’emploi (mur/sol neuf/rénovation), ou d’aptitude au simple encollage en sol jusqu’à 3600 cm², soit des formats de 60cm x 60 cm.  

Prévoir un séchage minimal des carreaux nouvellement collé de vingt-quatre heures avant réalisation des joints. 

 

Joints de carrelage

  • Le joint de carrelage 5045 PROLIJOINT SOUPLE de PAREXLANKO est utilisé pour la réalisation de joint de carreaux en sol et en mur sur des épaisseur de 2 à 12 mm. Souple, il convient particulièrement aux supports soumis à déformations, tels que les façades et terrasses extérieures, planchers chauffants, balcons, travaux de rénovation, systèmes d'isolation phonique ou sols soumis à un trafic intense. Le choix du matériau de jointoiement est important, car il peut affecter à la fois l'esthétique et la durabilité du revêtement. Les joints souples sont une option recommandée, pour certains types de projets de rénovation. 

  • Le joint de carrelage 5046 ELIT de PAREXLANKO permet de réaliser des joints de carrelage très fins, de 1 à 6 mm, également souples, ce produit reste adapté aux mêmes domaines d’emploi que 5045 PROLIJOINT SOUPLE ; en complément, il dispose d’une plus large palette de teintes.

 

Vous avez un projet de pose de carrelage sur un sol déjà carrelé ?

Carreler un carrelage dans le cadre d'un projet de rénovation demande une approche méthodique et l'utilisation de produits de qualité. En suivant les étapes appropriées, en traitant correctement les fissures et en utilisant des mortiers-colles adaptés, vous obtiendrez un résultat esthétique et durable qui valorisera votre espace rénové. 

N'hésitez pas à demander conseil aux experts PAREXLANKO pour vous guider dans le choix des produits et des techniques de pose appropriées. Contactez-nous.

 

À lire aussi : 

Comment coller du carrelage au mur et sol sur un ancien carrelage ?

Quelles solutions pour vos travaux de sol ?